La notion de développement durable est née à la fin du XX° siècle. Elle est associée à un développement qui s’appuie sur le présent sans compromettre l’avenir des générations futures. Ceux, qui croient au développement durable, souhaitent mettre en place une économie qui soit sociale, économique et écologique. L’objectif est de consommer raisonnablement afin de ne pas épuiser les ressources. Il faut préserver notre environnement pour que ceux qui nous succèderont, trouvent un monde dans lequel ils pourront vivre décemment.

sustainable development

Read More

Alors que notre bonne vieille planète a entamé une évolution qui ne laisse aucun retour en arrière possible, les énergies renouvelables sont au cœur de toutes les discussions. Malgré une volonté politique inégale selon les pays, leur développement est important et quelques solutions d’avenir semblent apparaître.

Read More

L’avènement d’Internet en fait désormais un vecteur privilégié pour prôner le développement durable et diffuser la doxa écologiste. La conception de site web écologistes bat donc son plein. Nous vous proposons ici un tour d’horizon des dix blogs ou sites web consacrés au développement durable donnant accès à plus d’informations sur les démarches énergétiques, de consommation courante ou de préservation de la planète.

blog homepage screenshot

Les blogs environnementaux

Parmi les cadors du web consacrés au développement durable, on retrouve le blog ECO(lo),http://ecologie.blog.lemonde.fr. Le célèbre quotidien d’informations administre un blog entièrement consacré à l’écologie.

Le blog Tecsol, accessible via l’adresse http://tecsol.blogs.com/mon_weblog, propose de remarquables billets concernant les avancées et les enjeux en matière d’utilisation de l’énergie solaire.

Le désormais célèbre Greenpeace Blog, disponible via l’adresse http://blog.greenpeace.fr, relaye les campagnes de l’association en matière de défense de l’environnement.

Le blog Consommer Durable, accessible à l’adresse http://www.consommerdurable.com/, se présente simplement comme le blog de la consommation quotidienne responsable.

Le blog de la députée européenne écologiste Madame Michèle Rivasi donne également plus d’informations quant aux débats en cours et aux enjeux de développement durable discutés à Bruxelles. Vous pouvez retrouver le blog Michèle Rivasi à l’adresse suivante : http://www.michele-rivasi.eu.

Les sites Internet écologistes

Le site Web Développement Durable, dont voici l’adresse: http://www.webdeveloppementdurable.com, présente les enjeux sociaux, culturels, mais également environnementaux, liés à l’usage des outils numériques.

Le portail web Agir pour l’Environnement, accessible via l’adresse http://www.agirpourlenvironnement.org/blog, relaye les informations légales et les communiqués officiels de l’association Agir pour l’environnement concernant les problématiques écologistes et de développement durable.

Le site web Buzzecolo accessible via l’adresse électronique http://www.buzzecolo.com/, propose des articles sur l’écologie et l’environnement.

Le site Internet Com&Greenwashing traite des problématiques de la communication responsable et du greenwashing. Le site est accessible à l’adresse suivante: http://comandgreenwashing.fr.

Le site Internet Regarder le ciel, disponible à l’adresse suivante: http://www.regarderleciel.fr, traite de l’impact des diverses pollutions modernes sur le ciel, sur les nuages et sur le climat en général.

Qu’il s’agisse de billets polémiques, de forums ou d’articles didactiques, ces différents blogs et sites web traduisent bien les pensées et les débats qui agitent la société, à tous les niveaux, concernant les problématiques environnementales. L’impact du développement durable en matière d’assainissement y est disséqué, ainsi que les différentes possibilités à creuser en matière de consommation.

Photo par Kristin Andrus

Avec le développement de l’écotourisme en France, de nombreuses destinations s’offrent aux amoureux de la nature. Ils peuvent partir à la découverte de paysages particuliers, explorer des territoires en symbiose avec l’environnement. Voici un aperçu sur 5 régions à visiter pour faire de l’écotourisme en France.
 
Midi-Pyrénées

Le Gers est une zone d’un naturel saisissant avec ses nombreux paysages magnifiques et sauvages pour un séjour réussi au cœur de la nature. L’endroit est idéal pour les ballades à vélo, à cheval ou à pied. On peut y recevoir des cours d’équitation, monter sur des poneys, faire un pique-nique ou observer les oiseaux au bord de la rivière Gers.
 
Rhône-Alpes
Un séjour en Haut-Diois emmène à la découverte de vallées, de ruisseaux et des produits de la région tels que les ravioles. Sous la forme d’une randonnée en compagnie des ânes, le touriste va parcourir la montagne et passer la nuit sous les tentes pour vivre une expérience unique. Il peut également partir à la découverte des paysages enneigés dans le Vercors ou explorer de nouveaux territoires et les forêts d’épices et de pins.
 
Aquitaine
Faire de l’écotourisme dans l’Aquitaine emmène à la découverte du Lot, cette rivière longue de près de 500 km, avec un bateau solaire. Un séjour dans cette région permet d’en connaitre les spécialités et d’en visiter les différents sites. En choisissant de faire une croisière, le touriste est initié à la navigation et dispose de moments de pêche sur le Lot ou de randonnées à pied ou à vélo.
 
Bretagne
Ailleurs en Bretagne, c’est le Golfe du Morbihan qui laisse découvrir toutes ses richesses. Le touriste est satisfait par une nature qui regorge de merveilles. Il peut s’adonner à des randonnées qui plongent dans l’univers naturel du Morbihan.
 
Éco volontariat en voilier dans la méditerranée
L’écotourisme en France, c’est aussi le parcours de la méditerranée en prenant départ de Marseille à bord d’un voilier. C’est la découverte et l’observation de plusieurs espèces rares dans la Méditerranée, d’îles et de merveilleux paysages au large des côtes.
 
De nombreux hébergements écologiques accompagnent la passion de l’écotouriste. Le visiteur peut choisir entre un gîte, une cabane, un chalet, un éco hôtel, voire même un hébergement insolite comme une cabane dans les arbres, une roulotte ou une yourte que l’on trouve souvent en Bretagne. Si vous venez de l’étranger et atterrissez à Paris, n’hésitez pas à passer quelques nuits dans un hôtel aéroport CDG, notamment les hôtels du groupe Campanile situés à proximité de l’aéroport international, pour vous donner le temps de penser à votre itinéraire dans les différentes villes de France.

 
 

Photo par: DuKa Photo

Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire de rappeler dans quel état de santé se trouve notre planète, résultat du réchauffement climatique. Aussi, dans un tel contexte et afin de sensibiliser le plus grand nombre, nous avons décidé d’établir un panorama des espaces naturels les plus vulnérables au monde. Voici dressée la liste des 10 forêts les plus menacées de la planète :

endangered forest

Située au sud-est de l’Asie, la forêt d’Indo-Burmina ne concentre plus que 5 % seulement de sa surface originelle. La culture rizicole, la destruction des mangroves par la culture des crevettes, les barrages hydro-électriques ainsi que la pêche intensive représentent une grande menace pour l’eau douce et un éventuel frein à l’expansion économique du pays.

Pays du Cagou (qui est d’ailleurs en voie de disparition), la Nouvelle-Calédonie ne concentre plus que 5 % de son paysage forestier d’origine. Les causes: espèces invasives, déforestation et l’exploitation minière de Nikel.

Les forêts de Malaisie et d’Indonésie sont sous le joug des exploitations forestières, fruitières, gommières ainsi que de l’huile de palme. Résultat: des hectares de forêts anéanties et des espèces déclarées en danger dont les orangs-outans, les tigres et les rhinocéros de Sumatra. La forêt de Sundaland ne représente plus que 7 % de sa surface initiale.

Longtemps décimées, les forêts des Philippines ne représentent plus que 7 % de leur surface d’origine. La pauvreté des populations rurales en est la raison, ces dernières dépendant des ressources offertes par cette riche forêt.

Située sur le littoral Est de l’Amérique du Sud, la forêt de l’Atlantique ne couvre plus que 8 % de sa surface d’origine. Longtemps abimée par les plantations de cannes à sucre et de café, la forêt est aujourd’hui mise en danger par l’extension urbaine, l’agriculture et l’élevage du bétail. Avis espèces uniques en danger.

Les montagnes du Sud-ouest de Chine sont connues pour leur riche biodiversité et pour leur panda géant. Cependant, ces montagnes ne représentent plus seulement que 8 % de leur surface originelle. En effet, la surexploitation, le braconnage et la récolte du bois de chauffage menacent les régions forestières et les rivières.

Connue pour ses séquoias, la province Floristique de Californie n’abrite plus que 10 % de sa forêt originelle. En effet cette forêt côtière est menacée par la pollution, l’activité fermière et l’extension urbaine.

La région des forêts côtières de l’Est-Afrique n’abrite plus que 10 % de sa surface d’origine. La cause principale étant l’application d’une agriculture expansive. De plus, de nombreuses espèces sont menacées par la chasse.

Paradis des lémuriens en tous genres, Madagascar ne concentre plus que 10 % de son habitat originel, résultat de la pauvreté de l’île. La surpopulation, l’exploitation des mines, la déforestation menacent fortement la biodiversité de cette célèbre destination touristique.

Région de grands lacs, les montagnes de l’Afrique de l’Est n’abritent plus que 11 % de leur forêt originelle. L’agriculture, le commerce de viande et les plantations de thé, de banane et d’haricots menacent la biodiversité de la région.

Photo par Francis Eatherington